Tourisme à Madagascar

La fermeture des frontières, prolongée tous les quinze jours par le gouvernement, prive les opérateurs de toute perspective de rebond. Assis dans la salle de son restaurant du quartier d’Isoraka, dans le centre d’Antananarivo, Dominique (un prénom d’emprunt) balaie du regard la rue morne et désertée. Dans une autre vie, ce coin était l’un des plus fréquentés de la ville par les résidents mais aussi par les touristes. « Le paysage a changé, beaucoup d’endroits ont fermé en l’espace d’un an, soupire le restaurateur qui possède aussi un bar et un hôtel dans la capitale malgache et fait travailler en temps normal une cinquantaine de personnes.

On a survécu car on avait de la trésorerie, mais c’est loin d’être le cas de tout le monde. J’ai des copains qui se sont retrouvés sans rien, du jour au lendemain. » Pour ce Français présent sur la Grande Ile depuis une vingtaine d’années, la plus grosse charge demeure le loyer à payer, à des propriétaires plus ou moins compréhensifs.Depuis l’arrivée du coronavirus il y a presque un an et demi, le secteur touristique subit de plein fouet la crise économique. Les vacanciers ont déserté Madagascar, dont les frontières sont restées fermées quasiment sans interruption depuis le 19 mars 2020. Et, alors que le variant Delta est désormais présent dans plusieurs îles voisines, comme La Réunion et les Seychelles, le conseil des ministres a décidé, le 6 juillet, d’encore différer leur réouverture pour une durée indéterminée.

©2021 Arcadia Travel Madagascar Tous droits réservés - Création Netunivers.com | Conditions Générales | Plan du site

Licence Agence de Voyage : Licence A. Arrêté n°059-13/MINTOUR/SG/DGDT/DAIT/SAT
Licence Tour Operator : Licence B. Arrêté n°029-15/MTTM/SG/DG Tour/DRCC/SAET
mail fb Google+ gplus

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?